Françoise Trembley

Françoise Trembley

 

Non seulement de par ma formation de base d’infirmière, mais aussi par plus de 40 ans d’expérience de vie très proche des chevaux, à apprendre à les observer pour mieux les comprendre et les connaître afin d’optimiser  et d’améliorer sans cesse leur bien-être, je souhaite maintenant pouvoir mettre tout ce qui me tient tant à cœur en pratique et permettre à tous ces chevaux de vivre bien équilibrés, le plus proche possible de la nature !
 
Cette passion m’a aussi amenée tout naturellement à m’intéresser depuis de nombreuses années à toutes les nouvelles approches éthologiques quelles qu’elles soient. En effet, je suis convaincue que chaque doctrine apporte une vision intéressante ou innovante et chaque situation délicate avec un équidé, quel que soit son âge, sa race ou son origine, peut bénéficier d’un éclairage ou d’une approche spécifique ou, mieux encore, d’une combinaison de plusieurs idéologies!
Les bases et les origines de ces doctrines sont si naturelles qu'il faut précisément comprendre le comportement naturel des chevaux pour pouvoir "parler" ou, mieux encore "chuchoter" leur langage!
 
Après avoir suivi plusieurs séminaires, conférences et démonstrations des « chuchoteurs » tel Pat Parelli pour n’en citer qu’un, j’ai pu me faire aider et conseiller par plusieurs personnes au bénéfice de formations sérieuses et solides en particulier à La Cense. J'ai pu ainsi acquérir, ainsi que le personnel actif auprès des chevaux, de bonnes bases complémentaires pour une approche éthologique des poulains dès la naissance!
 
Il y a presque 30 ans…j’ai débourré toute seule et emmené en concours moi-même les deux premiers poulains que j’ai élevés  et ceci « ...en faisant de l’éthologie sans le savoir... »…, à l’image de la prose de M Jourdain!
 
Comme exemple je citerai mon cheval Haymaker qui m'a emmenée jusque dans des épreuves de saut de niveau S et avec lequel j'avais une telle relation d'amitié que je le désellais et le débridais au milieu de la cour de la ferme où il habitait...et lui disais de m'attendre... il ne bronchait pas un pied jusqu'à ce que je revienne le chercher pour qu'il me suive comme un petit chien pour aller à la douche et me donner tout seul les pieds pour les gicler dessous !! Et comme il détestait être attaché, il broutait libre à côté du van en concours entre deux épreuves (Tramelan par exemple!) ...!!!                       

Cavalière assidue des concours hippiques durant plus de 20 ans dans les trois disciplines (en saut d’obstacles jusqu’en S, en dressage, en concours complet et en combiné jusqu’en M) je passais tout mon temps libre (quand je terminais mes 45 à 50 heures de travail hebdomadaire… en qualité d’infirmière chef des soins intensifs de chirurgie à l’Hôpital Cantonal Universitaire de Genève) à cheval, à donner des cours et en concours tous les week-ends !
 
Ici au barrage d'un MII avec Huggy Bear, qui était à peine plus grande qu'une double ponette... mais avec un coeur trois fois comme elle!!
 
 
 
Très vite j'ai aimé les défis:
 
Après avoir passé ma licence (avec des compliments du juge du jour qui n'était pas moins qu'Henry Chammartin...!) j'ai dû participer à mes premiers concours en secret, à l'insu de mes parents qui s'y opposaient...!
Puis j'ai eu la chance de pouvoir monter un étalon Lusitanien du nom d'Alkaïd, qu'une riche américaine laissait à ma disposition.
 
 
Je l'ai non seulement présenté en épreuves de dressage, mais très vite j'ai aussi pensé que rien ne devait s'opposer à ce qu'il puisse sauter... aussitôt dit aussitôt fait... et en plus il me montre rapidement qu'il aime ça et s'en sort si bien que notre première sortie en concours se solde par un classement!
 
 
 
 
 
                                                                                                   
Et qui se reconnait à la distribution des prix de ce petit concours amical... au Chemin de la Blonde à Vandoeuvres...??

 
Puis, en 1983 et 84, j’ai eu le privilège d’aller régulièrement chez Michel Robert pour des journées de stage intensif ou même une semaine complète avec mes propres chevaux… bonheur parfait que de pouvoir apprendre avec un homme aussi extraordinaire et exceptionnel que Michel, qui sait transmettre son expérience et son savoir-faire à cheval comme si peu de cavaliers en sont capable ! MERCI MICHEL de tout ce que tu m’as fait découvrir, ressentir et développer dans mon équitation! Aujourd’hui encore je peux transmettre à mes élèves des principes et des idées que tu m’as apportées !

J’ai également eu l’immense plaisir de donner des cours et de « coacher » plusieurs cavaliers du débutant au cavalier confirmé jusque dans des épreuves niveau MII-S en France voisine près de Genève. J'ai eu la grande surprise et joie de voir les résultats de l'un d'entre eux qui fait sa première "sortie en Suisse"... et dans les épreuves S du concours de la Palanterie en 2006, dont il gagne simplement quatre épreuves: il s'agit de Jean-Luc Mourrier! Il me confiait lors d'une rencontre fortuite, se référer encore aujourd'hui en s'occuppant de ses propres élèves, aux bases que je lui ai données en 1989-90 ... et quel plaisir j'ai eu avec ce jeune-homme à l'époque, car j'avais senti en lui un réel talent, il progressait à grande vitesse!


Imprimer ce document